8 août 2016 Delphyprod

10 jours pour un film ou l’ébauche d’un rêve !

Tout a commencé en Février 2016 par un appel à projet avec pour thème « La violence basé sur le genre »

A l’issu de ce concours, trois lauréats ont été retenus :

  • Frank Thierry Léa Malle, scénario « Point de vue ».
  • Yolande Marcelle Welimoum A Zintsem, scénario « Héritage ».
  • Félicité Yvette Asseh Asseh, scénario « L’enfer c’est mon genre».

Ces trois lauréats seront coachés par 3 encadreurs Patricia Kwende, Lenna Sophie Fichter et Boris Yadia.

 

Après quelques semaines de répit, la compétition reprend par la réécriture des scénarios.L’encadreur Patricia Kwende entre en scène. Habituée à cet exercice, Patricia Kwende entreprend de déconstruire pour mieux reconstruire certains personnages, supprimer certains dialogues voire certaines séquences non sans quelques réticences de nos lauréats.Ce travail étant fait à distance, il y a eu pas mal d’échanges de mails et de longues conversations téléphoniques épiques, parfois à des heures pas possibles !Après les séances de réécriture, les lauréats doivent constituer leur équipe technique. Pour convaincre les meilleurs techniciens de l’image et du son à rejoindre leurs projets, ils vont enfiler le costume de fins négociateurs …Tous les coups sont permis, Je laisse libre cours à votre imagination :_).  Entre les appels téléphoniques pour surenchérir l’offre du lauréat précédent. Et le lauréat  sûr de lui qui annonce son projet comme étant le meilleur  et incite le technicien à rejoindre la dream team. Ou encore le lauréat qui joue sur la corde sensible, en flattant l’ego du technicien. Tout ceci sous le regard de plus en plus sévère de l’encadreur Patricia Kwende.

L’équipe technique constituée, nos lauréats se transforment en directeur de casting. Nous sommes toujours en pleine compétition, chaque lauréat veut mettre toutes les chances de son côté et se lance à la conquête des comédiens les plus renommés (parfois à tort !). Le petit filou du trio joue la prudence et opte pour un jeune comédien qu’il connaît bien. Une valeur montante du cinéma camerounais !

DrylanLandry Beyeme

Here we go!

L’équipe est prête, le casting terminé, vient l’heure du premier clap !

La pression est à son comble, l’excitation aussi, les lauréats sont dans l’arène et doivent diriger une équipe qui les domine physiquement et techniquement. Sacré chalenge !

Nos trois jeunes y vont de bons cœurs, parfois maladroitement.  Très souvent le stress et la fatigue prennent le dessus, mais leurs équipes et les encadreurs sont là pour les guider, les booster, les bousculer de temps en temps (je vois d’ici le sourire de certains lorsqu’ils liront ce passage).

Le tournage terminé, les lauréats aimeraient bien faire un break !

Hé non, la compétions continue, c’est parti pour la post production.Dans les locaux des trois monteurs choisis par les lauréats, ça dérushe sans regarder l’horloge, on aimerait bien ce plan-là… ; Non plutôt celui-ci… Et pourquoi pas celui-là …. Bref, une ambiance de salle de montage,  le tout ponctué par les anecdotes croustillantes du tournage.

Tic tac…Tic tac… La dateline approche. Les finitions sont interminables.  Les monteurs sont sous pression et les lauréats au bout du rouleau car les encadreurs de plus en plus exigeants. Hé oui il y a un calendrier à tenir et une obligation de résultat !

Le vendredi 22 juillet, 18h !

Affiche 10 jours

La vaste cour de l’institut Goethe transformé pour l’occasion à un cinéma plein air se remplit progressivement.Les techniciens et comédiens entourent leur réalisateur stressés, la famille, les amis, les festivaliers de la 20e édition du festival Ecrans noirs, les journalistes et les cinéphiles envahissent rapidement la vaste cour qui subitement semble petite pour recevoir autant de monde. Tiens les encadreurs sont aussi stressés que les lauréats  !

Pat et Lena

19h……… Levé de rideaux !

La soirée est lancée par Raphaël Mouchangou, le chargé culturel de l’institut Goethe, suivi du discours de M. Bassek Ba Khobio  le délégué général du festival Ecrans Noirs.

Enfin la projection des trois films de l’atelier. Les lauréats retiennent leurs souffles. La magie va-t-elle opérer ? Le public va-t-il apprécier ou nous huer après la projo…?

Au bout d’une demi-heure de suspens intense, les lauréats sont accueillis par une salve d’applaudissements. Le public présent est conquis, les lauréats émus et les encadreurs soulagés!

Photo de fin